Redinha, village portugais et les invasions napoléoniennes

Redinha, village portugais et les invasions napoléoniennes

Par José da Silva, le 18 août 2011

Le Portugal est un pays rempli de richesses, qui ne se résume pas à ses deux villes principales, Lisbonne et Porto, ou, pour ceux qui aiment la plage, à l’Algarve. Non, le Portugal est bien plus que ça, c’est aussi un pays aux paysages de campagne, chargés d’histoires, prêts à accueillir les personnes qui aiment la nature et l’authenticité de régions encore intactes, loin du tourisme de masse présent sur les cotes. Le village de Redinha est un de ces endroits extraordinaires, de par sa nature, ses monuments, mais aussi son Histoire, qui, vous le verrez, est liée à jamais à la France.

Mairie de Redinha
Mairie de Redinha
Eglise de São Francisco
Eglise de São Francisco

Redinha

Redinha, située non loin de la ville de Pombal, à égale distance de Porto et de Lisbonne, est traversée par la rivière Anços, un affluent de l’Arunca, lui-même affluent du fleuve Mondego. C’est une petite rivière d’eau claire, qui prend sa source non loin de là, dans la localité de « Olhos d’Agua », c’est-à-dire « yeux de l’eau », une expression récurrente lorsque l’on désigne une source. Si vous voulez vous reposer, Olhos d’Agua est l’endroit qu’il vous faut. Tout a été rénové et pensé pour y passer un agréable moment, avec cette grande esplanade au bord de la rivière, où l’on peut boire une boisson fraiche ou plonger dans l’eau du Anços.

Sous ce bâtiment, la rivière Anços prend sa source
Sous ce bâtiment, la rivière Anços prend sa source
Olhos d'Agua est l'un des endroits les plus agréables du Concelho de Pombal
Olhos d’Agua est l’un des endroits les plus agréables du Concelho de Pombal

Le village est très ancien, et ça se voit : il est habité depuis l’époque romaine ! Il faut dire que sa situation est idéale, entre les collines et la rivière d’eau pure, avec des terrains fertiles pour l’agriculture. Comment ne pas vouloir y habiter ? Rien qu’en regardant les photos de Redinha, on imagine un peu la qualité de vie, mais imaginez que vous y êtes toute l’année ? Oui, bien sûr, ce n’est pas tout le temps comme ça, et l’hiver est triste comme partout en Europe. Mais la nature, l’Histoire, et les facilités de la vie moderne pas trop loin, ça fait rêver.

Rua la Albuera
Rua la Albuera

En se promenant à Redinha, on imagine bien l’ancienne richesse de la ville, en regardant ses trop nombreuses églises pour un si petit village, ou en regardant son ancien pont d’Art roman, qui doit être là avant même la fondation du pays en 1143. Ou après ? Personne ne sait exactement l’âge du plus célèbre monument de Redinha !

Le Pont roman, permettant de traverser le Anços, un affluent de l'Arunca
Le Pont roman, permettant de traverser le Anços, un affluent de l’Arunca

Le village rentrera dans l’Histoire du Portugal en 1159, lorsque le maître de l’ordre des Templiers, Dom Gualdim Pais, concède à la localité le « foral », un document spécifique du Moyen-âge portugais, établissant Redinha comme lieu de peuplement, directement lié juridiquement au roi et non à un seigneur local. Le foral concédait ainsi des privilèges, mais également des devoirs, et avait pour but principal de favoriser la repopulation de la région. Redinha est donc une localité historique du Portugal, qui a été pendant de nombreux siècles « concelho », c’est-à-dire une grande municipalité. Nous pouvons voir encore aujourd’hui certains éléments de cette ancienne prospérité, en regardant la mairie ou les nombreuses églises de Redinha.

Blason de Saint François sur la façade de l'église
Blason de Saint François sur la façade de l’église

Je vous avais dit que Redinha avait son histoire liée à jamais aux français. En 1807, Napoléon, en guerre avec les vieilles monarchies européennes, décide d’abattre le Portugal, le plus vieil allié de son plus grand ennemi, la Grande Bretagne. Sur les plans de Napoléon, le Portugal devait être séparé en trois entités distinctes, chacune administrée par une personne différente. On comprend facilement que jamais le Portugal n’aurait pu accepter. Cette guerre va durer plusieurs années, et sera sans aucun doute encore racontée négativement sur tous les livres d’Histoire portugais pour de nombreux siècles encore. Le pays a été dévasté par cette guerre, pillé et ravagé. Du plus petit village à la plus grande ville, il n’y a pas beaucoup d’endroits qui peuvent se vanter de ne pas avoir eu de conséquences néfastes : on se souviendra par exemple des dégâts infligés au Château de Leiria.

Trottoirs portugais, en petits pavés blancs et noirs
Trottoirs portugais, en petits pavés blancs et noirs
Les maisons en ruines attestent bien de l'ancienneté de Redinha
Les maisons en ruines attestent bien de l’ancienneté de Redinha

Bataille de Redinha

C’est dans ce contexte de guerre qu’intervient la Bataille de Redinha. Les français, déçus par leur impossibilité de soumettre le Portugal, battent en retraite. L’armée anglo-portugaise les prend en chasse, et tente de les empêcher de revenir en France. De nombreuses batailles vont avoir lieu, dont celle de Redinha. Redinha était à l’époque un endroit stratégique, connu pour son pont, permettant aux armées de traverser à pied sec la rivière Anços. C’est ici que les troupes alliées anglo-portugaises vont livrer une bataille, visant à retarder le plus possible les français. Pour affaiblir les français, les troupes anglo-portugaises ont pratiqué la technique de la « terre brulée », ne laissant rien aux adversaires, dans l’espoir de les affamer. Pari réussi, de nombreux français vont déserter, abandonner les rangs ou juste mourir.

Ces azulejos représentent la bataille de Redinha, à l'époque des guerres napoléoniennes
Ces azulejos représentent la bataille de Redinha, à l’époque des guerres napoléoniennes

Redinha est aujourd’hui un petit village de 2000 habitants valorisant son patrimoine et son histoire. C’est dans ce contexte qu’une reconstitution historique a eu lieu, le 12 mars 2011, pour les 200 ans de la bataille. Nous pouvons voir aujourd’hui des azulejos commémoratifs à coté du vieux pont, nous rappelant qu’à cet endroit, une bataille eu lieu. Un peu partout au Portugal des commémorations du même type ont eu lieu, célébrant la déroute des armées de Napoléon, beaucoup grâce aux anglais il faut dire. Mais le Portugal ne se relèvera vraiment jamais de ces invasions, le pays connu une période de crise économique comme il n’en avait jamais connue depuis des siècles… Redinha en a été une des principales victimes, ne retrouvant plus jamais son ancienne splendeur, perdant même son statut de municipalité (concelho) en 1842, se retrouvant intégrée à la municipalité de Pombal.

Ici, les azulejos reproduisent le Foral de Redinha, le document médiéval qui établit le village comme nouvelle zone de peuplement chrétien
Ici, les azulejos reproduisent le Foral de Redinha, le document médiéval qui établit le village comme nouvelle zone de peuplement chrétien

En 1895, les autorités on rattaché Redinha à la municipalité de Soure. C’était une erreur, les gens de Redinha préférant être attachés à Pombal. Ce n’est qu’en 1998 que Redinha reviendra en tant que « freguesia », commune, de la ville de Pombal, à la demande de la population locale, même si Soure est plus proche que Pombal…

Pelourinho de Redinha
Pelourinho de Redinha

Redinha est aujourd’hui un village prospère, comme toute la région de Pombal, grâce au travail de ses habitants, et de ceux qui sont partis chercher fortune à l’étranger. Redinha, située en dehors des routes touristiques classiques, vaut le détour, de s’arrêter un peu sur le pont roman et de boire un coup à Olhos d’Agua. Rien de mieux pour ceux qui veulent connaître le Portugal de la campagne, le Portugal ancien.

Photos de Redinha

La route passe tranquillement sur le pont, depuis des siècles
La route passe tranquillement sur le pont, depuis des siècles
Très belles maisons neuves idéalement situées, entre les collines et la rivière
Très belles maisons neuves idéalement situées, entre les collines et la rivière
Cette ancienne maison de pierre restaurée sert aujourd'hui de centre culturel
Cette ancienne maison de pierre restaurée sert aujourd’hui de centre culturel
Pont roman de Redinha
Pont roman de Redinha
Une très belle route longe la rivière
Une très belle route longe la rivière
Sur la rivière, un moulin à eau
Sur la rivière, un moulin à eau
Paysage de collines et d'oliviers
Paysage de collines et d’oliviers
Petite route, traversant des champs verdoyants
Petite route, traversant des champs verdoyants
L'eau est fraîche, abondante et claire, même en plein été
L’eau est fraîche, abondante et claire, même en plein été
Le bâtiment, un ancien moulin à eau, sert aujourd'hui de salle de réception
Le bâtiment, un ancien moulin à eau, sert aujourd’hui de salle de réception
On peut venir se baigner à la source
On peut venir se baigner à la source
Les anciennes maisons sont construites en pierre
Les anciennes maisons sont construites en pierre

Commentaires

A lire aussi