Azulejos du Pavillon Carlos Lopes, Lisbonne

Azulejos du Pavillon Carlos Lopes, Lisbonne

Par José da Silva, le 6 décembre 2008

Sur le parc Eduardo VII, en plein centre de la ville de Lisbonne, on peut y trouver un extraordinaire édifice, nommé le « Pavilhão Carlos Lopes ». Il est dans le plus pur style portugais, et je rêve d’avoir une maison qui y ressemble :)

A votre avis, quel était l’utilité première du Pavillon, avant sa fermeture en 2003?

Oui, bravo, c’était une salle de sport! :D

Le Pavillon, intégré à l’espace vert, est actuellement en état avancé de dégradation, abandonné. C’est évidemment un authentique scandale que ce joyau du patrimoine portugais soit laissé dans un tel état. On est en 2008, en Union Européenne! Couvert de magnifiques panneaux d’Azulejos, œuvre de l’artiste Jorge Colaço au début du XXème siècle, l’architecture et la décoration singulière du Pavillon en font un monument incontournable de la ville à mes yeux.

Pavilhão Carlos Lopes
Pavilhão Carlos Lopes
Azulejos A ala dos namorados, Jorge Colaço
Azulejos « A ala dos namorados », Jorge Colaço
Azulejos Ourique, Jorge Colaço
Azulejos « Ourique », Jorge Colaço

Le Pavillon avait été édifié originellement au Brésil, pour accueillir la représentation portugaise à l’exposition internationale du Rio de Janeiro, en 1922, à l’occasion des commémorations du centième anniversaire de l’indépendance du Brésil. Une fois l’expo terminée, le Pavillon fut démonté, et installé au parc Eduardo VII, en plein centre de la capitale portugaise, et était prêt en 1929, connu sous le nom de « Palais des Expositions ». Ce n’est qu’en 1947 que le Pavillon acquiert sa vocation d’espace sportif, avec le mondial de rink-hockey. Il sera alors connu comme étant le « Pavillon des Sports », jusqu’en 1984, date à laquelle il recevra le nom du champion olympique, vainqueur du Marathon à Los Angeles.

Façade arrière du Pavillon
Façade arrière du Pavillon

Comme vous pouvez le voir sur les photos, les entrées du Pavillon sont recouvertes d’une tôle ondulée dégueulasse, pour empêcher les squatteurs de venir. On est arrivé à un stade où l’une des œuvres de Jorge Colaço a été dérobée. Face à un tel marasme et de décadence, la ville de Lisbonne ne pouvait pas rester sans réagir, surtout lorsque l’on reçoit énormément de pétitions en faveur du Pavillon, scène de moments historiques du sport au Portugal.

Azulejos Sagres, Jorge Colaço
Azulejos "Sagres", Jorge Colaço
Azulejos Cruzeiro do Sul, Jorge Colaço
Azulejos "Cruzeiro do Sul", Jorge Colaço

Le monument sera resté 5 ans en attente d’un projet de réhabilitation, désormais trouvé : on va installer le musée du sport au Pavillon Carlos Lopes. C’est le 3 décembre dernier que l’annonce a été faite, par la mairie de Lisbonne. Beaucoup de voix s’élèvent contre ce projet, préférant redonner l’édifice à la pratique du sport, plutôt que d’en faire un musée. La proposition la plus sérieuse étant l’installation d’une patinoire, ce qui fait cruellement défaut à Lisbonne.

La tôle qui ferme le Pavillon... ça jure
La tôle qui ferme le Pavillon… ça jure

Personnellement, je veux juste que l’édifice arrête de faire honte aux Lisboètes, je veux qu’il redevienne un lieu privilégié de la ville. Aujourd’hui, le parc Eduardo VII est bien connu pour être un repère de prostituées et de criminels, un peu comme le Bois de Boulogne la nuit. Pour payer la facture de la récupération du Pavillon et du Parc, 5 millions d’euros seront débloqués par la mairie, qui avait un accord avec le Casino de Lisbonne à ce sujet. On va bien voir ce que ça donne, quoiqu’il arrive, je serais là pour le visiter quand il sera à nouveau un bel espace revalorisé de Lisbonne.

La décoration, les détails, les statues, la couleur...
La décoration, les détails, les statues, la couleur…

Pour la petite histoire, le coquillage de fin d’article du design du Portugal en français vient des panneaux d’Azulejos de Jorge Colaço, sur le Pavillon Carlos Lopes, vous comprennez pourquoi j’y suis attaché, à ce bel ouvrage d’architecture ! :)


Commentaires

A lire aussi