Promenade dans les rues de la ville de Peniche, Portugal
Promenade dans les rues de la ville de Peniche, Portugal

Le Portugal, épargné par la canicule

Par , le

Les records de température se succèdent. Pendant les mois de juin et de juillet, l’Europe a connu une vague de chaleur comme jamais auparavant. Le 25 juillet 2019, du jamais vu : 41°C à Paris. On pourrait croire que le Portugal, pays du sud, serait aux premières loges de cette canicule, mais il n’en est rien.

Pluie à Porto

Pendant que les parisiens se baignent dans les fontaines du Trocadéro pour lutter contre la chaleur, à Porto, on enfile un imperméable. Avec 21°C le 25 juillet, Porto affiche 20°C de moins que la capitale française !

Les températures portugaises de cette première moitié d’été sont tout à fait exceptionnelles. Le mois de juin a été le plus froid depuis de nombreuses années. Tout le monde se souvient qu’en 2018, plusieurs records de température ont été battus. Il y a eu notamment 48°C en Alentejo, la région la plus chaude du Portugal. Evora et Beja, ses deux villes principales, sont habituées à avoir des températures supérieures à 40°C chaque année.

Les météorologistes expliquent cette clémence par une masse d’air froid en provenance de l’Atlantique, adoucissant la masse d’air chaud en provenance du Sahara.

carte de l'europe
La côte Atlantique de la péninsule ibérique, exception à la canicule européenne de 2019.

Incendies malgré tout

Mais ces températures basses ont été tout de même entrecoupées par quelques journées de températures habituelles pour la saison. Pendant ce court espace de temps, les incendies ont été violents. Nul ne sait ce qui serait advenu des forêts portugaises si la canicule avait également touché le pays.

Ceci amène à réfléchir sur les raisons qui font que le Portugal est un pays si sujet aux incendies de forêt. Pourquoi est-ce qu’il n’y a pas d’incendies aussi monstrueux ailleurs en Europe, malgré la canicule ? La typologie des forêts n’explique pas tout, ni même la prévention.

Un climat clément

Tempérée par l’océan Atlantique et la mer Méditerranée, protégée par les Pyrénées, la péninsule ibérique semble un îlot au sein de l’Europe. Il existe pourtant deux réalités : la façade Atlantique, aux températures souvent douces, et le côté méditerranéen, souvent extrême.

Habituellement sujets aux températures les plus chaudes du continent en cette saison, l’Espagne et le Portugal sont un lieu à part en 2019. Il s’agit d’un coup de chance. Même si le réchauffement climatique est une réalité au niveau mondial, pour cette fois, ça ne se vérifie pas au Portugal.

Il faut l’avouer, les personnes qui ont choisi le pays comme lieu de vacances ou de résidence cette année doivent être aux anges. Elles ont été épargnées par la canicule cet été, mais également par le froid extrême de l’hiver. On pressent que l’affluence de touristes et de nouveaux résidents ne se tarira pas de sitôt…


Commentaires

A lire aussi