Gorila
Gorila

Pastilha Gorila : le chewing-gum portugais

Par

Les anciens enfants portugais s’en souviennent tous avec émotion. La “pastilha elástica” Gorila était un chewing-gum-gum très apprécié.

pastilha elástica

Un goût d’autrefois

Les Gorilas étaient très à la mode dans les années 1980 et 1990. Puis, les “pastilles élastiques” à la portugaise (traduction littérale de “pastilha elástica”) se sont de moins en moins vendues. La marque était devenue has been dans les années 2000.

Lancés par l’entreprise Lusiteca en 1975 avec le goût “tutti frutti”, ces chewing-gums ont une saveur particulière dans ma mémoire. En France, nous avions les malabars, au Portugal, les Gorilas.

Mais, soyons honnêtes : je préférais les malabars. Plus gros, on pouvait faire des bulles gigantesques avec. Avec les Gorilas, c’était plus dur.

saveurs gorila
Menthe, banane, cola citron… il y en a pour tous les goûts

Le chewing-gum, espèce en voie de disparition

La concurrence des chewing-gums et autres sucreries étrangers a été rude pour les petites Gorilas. Mais c’est surtout la prise de conscience que les chewing-gums sont une cochonnerie absolue au niveau alimentaire qui signe leur glas.

Le plus important concurrent au Portugal des Gorilas, la marque mondiale Chiclets a d’ailleurs déclaré forfait. En 2016, Mondelez ne les produisait plus. Il s’agissait d’une des plus anciennes marques de chewing-gums, créée en 1899…

Chiclete
Le mot “chiclete” est en portugais un synonyme de “pastilha elástica”. Il dérive du mot “tziktli” de langue nahuatl (la principale langue amérindienne du Mexique).

Renaissance de Gorila… et difficultés

En 2012, la société mère Lusiteca décide de relancer la marque. Le chewing-gum était alors très vendu à l’étranger : Angola, Dubaï, Israël. Mais cette relance était à contre-courant. Le Portugal pèse en 2019 toujours pour 80% du chiffre d’affaires.

Pour ses 50 ans d’existence en 2018, Lusiteca est en difficulté. Le chewing-gum se vend mieux, mais pas assez. En 2019, l’entreprise doit se séparer de 50 collaborateurs, un tiers de ses effectifs. L’Angola n’achète plus autant qu’autrefois, et Lusiteca fait face à plusieurs années de pertes financières.

A la rédaction de cet article, Lusiteca est en quasi faillite. Déclarée insolvable, elle a obtenu un délai du tribunal pour pouvoir se restructurer.

Gorila s’adapte

Tout au long de son histoire, la formule des Gorilas s’est adaptée au goût de ses clients. Aujourd’hui, Lusiteca parie plutôt sur les chewing gums sans sucres.

gorila sans sucre
Nouveau produit sans sucre, moins enfantin. Pour être franc, à mon avis la pub est naze. En 2019, il n’y a plus rien de cool à mâcher un chewing-gum, à moins d’être un enfant. Où est le gorille ?

Peine perdue ? De nombreux consommateurs disent que le goût, qui durait longtemps en bouche dans leur jeunesse, disparaît aujourd’hui en quelques minutes…

Pour les curieux, voici une vidéo (en portugais) sur l’art de fabriquer un chewing-gum. J’ai sans doute abusivement classé cet article dans “gastronomie”, nous sommes dans l’industrie agro-alimentaire pur jus.


Commentaires

A lire aussi