Chaussure portugaise en chanvre : DopeKicks

Par

La startup portugaise DopeKicks fait le pari d’une nouvelle chaussure, faite en chanvre et caoutchouc recyclé. Succès pratiquement garanti.

Le Portugal est à la pointe de l’industrie de la chaussure. Depuis longtemps, les grandes marques du luxe mondial y confectionnent leurs chaussures. Les artisans, les usines sont réputées pour leur savoir-faire, ainsi que pour la qualité des matériaux.

logo dopekicks

Financement participatif

DopeKicks est un projet portugais, voulant changer notre rapport à la chaussure. Plus équitable, plus amie de la Nature, mais aussi plus pratique et résistante. Pour aider à démarrer, l’entreprise a ouvert un financement participatif sur Kickstarter, ayant complètement dépassé en quelques jours leurs objectifs.

Il faut dire que le “prix d’appel”, à 99 dollars, est vraiment très compétitif sur ce qui semble sur le papier un excellent produit.

Made in Portugal

C’est le premier point. Ici, on ne fait pas travailler des petits enfants en Indonésie. L’usine qui fabrique la chaussure est connue dans le monde du luxe, fabriquant habituellement des chaussures à 300 euros, de grande qualité.

Faites en chanvre

C’est le point différenciant : le chanvre, connu sous son nom scientifique de “Cannabis sativa” (que certains fument dans la version riche en THC…) permet d’avoir un tissu hors-normes. Très résistant, ami de l’environnement et imperméable, elle permet de très belles choses.

Les DopeKicks sont ainsi très simples à nettoyer, imperméables et résistantes.

De plus, le chanvre, étant une espèce endémique européenne, est bien plus simple à exploiter que le coton. Il a besoin de beaucoup moins d’eau, et les pesticides sont bien moins nécessaires !

dopekicks
Si nous ne devions pointer qu’un seul défaut des DopeKicks, ça serait son style. Il nous semble vraiment un peu trop “passe-partout”.

Semelle en caoutchouc recyclé

Le caoutchouc est un polluant majeur lorsqu’il est simplement jeté. De plus, les plantations intenses de l’hévéa (arbre à caoutchouc) sont souvent néfastes pour l’environnement. La solution adoptée est simple : toujours utiliser ce matériau noble et pratiquement irremplaçable, mais dans sa version recyclée.

Semelle intérieure en liège

Le liège est le matériau portugais par excellence. Le pays est, de loin, le premier producteur mondial. Sa légèreté, sa neutralité ou son imperméabilité en font un “must” dans cette chaussure vraiment pas comme les autres.

Le liège, de par ses qualités anti-fongiques ou anti-microbiennes garantissent un confort inégalé à l’usage.

Une chaussure vegan

C’est le bonus ultime. Aucun animal n’intervient jamais dans le processus de fabrication. Il ne s’agit que de plantes : l’hévéa pour le caoutchouc, le chanvre pour le tissu et le chêne-liège pour la semelle intérieure.

Une chaussure sportive

Les DopeKicks semblent très résistantes. La startup la montre en utilisation intensive en montagne, sur des rochers ou en pleine escalade. Pour l’heure, impossible de vérifier par nous-mêmes, les chaussures ne seront disponibles qu’en octobre 2019.

Sur le papier, nous avons adoré ce projet, qui semble véritablement promis à un bel avenir. C’est tout le bonheur qu’on leur souhaite.

Pour avoir plus d’informations, vous pouvez visiter leur page Facebook, ils sont en général très réactifs et sauront répondre à toutes les questions.


Commentaires

A lire aussi