Lisbonne, 6ème ville portuaire la plus polluée d’Europe

Par , le

Les bateaux de croisière sont les grands responsables de cette pollution selon une étude de Transport & Environnement.

Le plus grand opérateur de croisières de luxe au monde, la Carnival Corporation, aurait émis 10 fois plus d’oxyde de souffre sur les côtes européennes que l’ensemble des 260 millions de voitures européennes en 2017. Le deuxième opérateur mondial, la Royal Caribbean Cruises émet 4 fois plus d’oxyde de souffre que les voitures européennes.

Lisbonne est l’une des villes les plus affectées par cette pollution, avec un tourisme de masse toujours plus important. Les paquebots utilisent un des carburants les plus toxiques qui existent.

Lisbonne, première destination européenne des croisiéristes

En 2017, l’étude nous révèle que Lisbonne a été la ville ayant reçu le plus de navires de croisière. 115 paquebots se sont ainsi arrêtés à Lisbonne, devant Barcelone et Palma de Majorque. Ce qui est positif pour l’économie de la capitale portugaise a finalement des conséquences désastreuses pour l’environnement. Lisbonne est à la 6ème place des villes les plus polluées, derrière Barcelone, Palma, Venise, Civitavecchia (Rome) et Southampton.

L’association écolo Zero tire la sonnette d’alarme

Les paquebots s’arrêtant au Portugal ont émis 86 fois plus d’oxyde de souffre que les voitures portugaises. Pour Zero, ONG membre de Transport & Environnement, les grands opérateurs n’utiliseront pas d’énergies alternatives, qui pourtant existent.

Ils suggèrent de légiférer au niveau européen, afin d’obliger ces bateaux de très grande taille à utiliser des combustibles plus propres, à commencer par l’hydrogène. Les très grands paquebots de croisière sont d’authentiques petites villes, apportant leur flot de touristes et de pollution aux grands ports touristiques européens.

Outre l’oxyde de souffre, la pollution engendrée par les navires de croisière émettent également en grandes quantités d’oxyde d’azote ou de particules fines d’ozone. Dans ce contexte, les mesures de restriction de la pollution des voitures polluantes ont du mal à passer, lorsque les opérateurs de croisières jouissent d’une impunité totale.


Commentaires

A lire aussi