Rodrigo Leão, compositeur

Rodrigo Leão, compositeur

Par José da Silva, le 14 décembre 2008

Est-ce que vous connaissez les Sétima Legião? Un des groupes mythiques des années 80/90 au Portugal, avec des musiques comme « Sete mares » ou « Por quem não esqueci », sera gravé à jamais dans la mémoire musicale portugaise. Est ce que vous connaissez les Madredeus? Bien sûr, avec des musiques comme « O pastor » ou « Alfama », le Fado a été rénové de fond en comble.

L’homme dont nous parlons aujourd’hui est l’un des fondateurs de ces deux groupes, essentiels dans le panorama musical portugais, et de plus en plus, mondial. Rodrigo Leão est un compositeur éclectique, se remettant toujours en question, explorant toujours de nouveaux chemins musicaux, et nous, on en profite.

Rodrigo Leão
Rodrigo Leão

Depuis qu’il a quitté les Madredeus en 1994, il a sortit plusieurs albums en solo, tout aussi splendides, travaillés, riches, et, il ne s’en cache pas, qui seraient de formidables bandes son pour des films. Ce qu’il fait d’ailleurs avec joie.

Né en 1964 à Lisbonne, il fonde très tôt les Sétima Legião, en 1982. Il avait alors 18 ans. Depuis, il ne s’est plus jamais arrêté, et on espère que ça continue :)

Nous avons la chance d’avoir déjà 7 albums de lui :

  • Ave Mundi Luminar (1993)
  • Mysterium (1995)
  • Alma Mater (2000)
  • Pasión (2000)
  • Cinema (2004)
  • O Mundo [1993-2006] (2006)
  • Portugal, Um Retrato Social (2007)

Et je ne saurais en choisir un à vous conseiller. Tous sont différents, tous sont très bons. Son dernier album est en fait la bande son d’un documentaire, qui nous fait un portrait social du Portugal, qui nous apprend plus sur le pays. Il a collaboré avec d’autres artistes, comme Ryuichi Sakamoto, Beth Gibbons, Adriana Calcanhotto… Certains le nomment le Yann Tiersen portugais, mais je crois que Yann est le Rodrigo Leão français. Bref, si vous aimez l’un, vous aimerez l’autre, tout comme Ryuichi Sakamoto. D’ailleurs, ils ne sont pas tous potes? Découvrez ces quelques vidéos musicales que j’ai choisies, et détendez-vous.

« A Casa », avec au chant la chanteuse brésilienne Adriana Calcanhotto, une autre compositrice de talent.

« A rua da Atalaia », une musique mouvementée, sur une rue de Lisbonne tout aussi mouvementée.

« Deep Blue », Rodrigo Leão en concert à Lisbonne

« Vira lata », dans un registre totalement différent. C’est dingue de voir à quel point Rodrigo peut être un musicien complet, avec cette musique aux inffluences brésiliennes.

« Ave Mundi », chantée en latin. J’adore.


Commentaires

A lire aussi