La dernière 2CV a été produite au Portugal
La dernière 2CV a été produite au Portugal

La dernière 2CV a été produite au Portugal

Par

Je continue dans ma série d’articles du genre “le saviez-vous” ! :)

Aujourd’hui, un petit tour dans le monde automobile, pour vous parler d’une voiture mythique, la deux chevaux, de Citroën. Comme vous le savez sans doute, elle fête en 2008 ses 60 ans. En effet, sa production avait commencé en 1948, ne s’étant arrêtée que 42 ans plus tard, en 1990, au Portugal. Et oui, la dernière des deuches est portugaise !

Une deux chevaux (source : Wikipedia)
Une deux chevaux (source : Wikipedia)

Pierre-Jules Boulanger, son créateur, avait dans son cahier des charges pour consigne de créer une Très Petite Voiture (TPV, qui sera le nom du projet), et commença à travailler en 1936. Voici son cahier des charges :

Quatre roues sous un parapluie avec quatre places assises, 50 kg de bagage transportable, 2 CV fiscaux, traction avant comme les 11 et 15/Six, 60 km/h en vitesse de pointe, boîte à trois vitesses, facile d’entretien, possédant une suspension permettant de traverser un champ labouré avec un panier d’œufs sans en casser un seul, et ne consommant que 4 à 5 litres aux 100 kilomètres.

J’adore :D

Le développement de la voiture sera interrompu pendant la Seconde Guerre Mondiale, et ne sera finalement présentée qu’au Salon Automobile de Paris de 1948.

5 millions d’unités ont été produites au cours de sa longue carrière, un succès largement mérité au vu de ses nombreuses qualités : économique, bien équilibrée et versatile.

Si le Portugal a été le dernier pays à en produire dans son usine de Mangualde, c’est sans doute à cause de l’amour que bon nombre de Portugais portent pour cette voiture économique et multi-fonction. De nombreuses concentrations de 2CV y sont réalisées, la dernière en date ayant eu lieu ce 4 octobre 2008 à Lisbonne, vous pouvez voir ici une vidéo de l’évènement filmé par un fan.

On peut admirer sur cette petite vidéo amateur les jolies voitures, dans la jolie ville de Lisbonne, Praça do Comercio. On aperçoit même les tramways.


Commentaires

A lire aussi